Traduction de Rolf Krauss[42]. J.-C.[114],[115]. Ramses Exode 12 - 37 Les enfants d'Israël partirent de Ramsès pour Succoth au nombre d'environ six cent mille hom Cependant, un des moyens pour lever cette difficulté a été d'opérer un glissement chronologique en faisant de Séthi Ier, le pharaon de l'Oppression et Ramsès II celui de l'Exode[49]. La figure de Moïse et son nom d'origine égyptienne, peuvent difficilement avoir été inventé de toutes pièces. D'après les livres de la Genèse et de l’Exode, le récit biblique connaît trois pharaons successifs. Mais, les sites occupés indiquent un faible chiffre de population. Selon ce même auteur, une autre preuve indirecte est le fait que Thoutmôsis IV, fils et successeur d'Amenhotep II ne semble pas être son fils aîné. À la fin du XIXe siècle, la redécouverte de sa réforme monothéiste - l'Atonisme - a conduit des universitaires à penser que ce pharaon a entrepris une action religieuse très similaire à celle menée par Moïse. Peu avant, en 2000, l'égyptologue l'allemand Rolf Krauss expose sa conviction absolue de la non-historicité de la narration de l'Exode. Quel est le pharaon le plus fascinant de l’histoire de l’Egypte antique selon vous ? », « Alexandre voulu passer par la mer de Pamphylie. Aucun hypogée de la vallée des Rois n'est inscrit à son nom, bien que la tombe KV42 soit la plus probable. Les Israélites ne sont appelés « Hébreux » que par les Égyptiens et les Philistins[n 8]. Ce fait montre que les auteurs juifs ont voulu se placer sur le plan mythique et non pas historique[194]. Coran, essai de traduction Albouraq 2005. Un certain nombre de faits semblent aller vers l'assimilation car certaines mentions présentent les Apirou comme des guerriers en Canaan ou comme des prisonniers de guerre. Or, ce moment est celui où l'Égypte du pharaon Nékao II reprend pied dans le Levant durant quelques décennies et en faisant probablement du royaume de Juda l'un de ses États vassaux[184]. ne sont pas des Hébreux mais des Égyptiens, pharaons de surcroît. Dans son usage biblique, le terme « hébreu » recouvre un champ sémantique comparable. L'archéologie a démontré que l'antique Pi-Ramsès est à situer près de l'actuelle de Qantir dans le Delta du Nil, non loin de l'ancienne Avaris des Hyksôs. On doit leur transmission à l'auteur juif Flavius Josèphe qui, dans son Contre Apion, se propose de prouver l'ancienneté de son peuple (Livre I, chapitres 15-16 et 26 à 31)[26]. La fuite de Moïse vers le pays de Madian n'est pas sans rappeler le Conte de Sinouhé où le héros fuit l'Égypte vers le Redjenou[n 13]. Fils de Séthi 1er et troisième pharaon de la XIXem dynastie, son nom de couronnement est Ousermaâtrê-Setepenrê. Des pillages de nécropoles sont attestées mais les Hyksôs n'ont pas méprisé la civilisation égyptienne. Une telle tradition historiographique a surtout pour but de justifier les droits d'occupation d'un peuple sur un territoire ; droits justifiés par l'ancienneté de l'occupation[175]. Kharou désigne probablement le littoral méditerranéen jusqu'à Byblos. Il en va de même du fort militaire de Migdol. Je pense plutôt qu'il est du nombre des menteurs" »[13]. Le nom du roi Khenephrès pose tout autant de difficultés. Tsoan est en effet la forme écrite hébreue du toponyme égyptien Djanet, plus connu sous la forme grecque de Tanis[84]. Ces textes s'étalent sur une période comprise entre les XVe et XIe siècles av. « Salomon commença la construction du Temple dans la quatrième année de son règne, le second mois, que les Macédoniens appellent Artémisios et les Hébreux Iar, cinq cent quatre-vingt-douze ans après que les Israélites étaient sortis d’Égypte, 1020 ans après qu’Abram était venu de Mésopotamie en Chananée, 1440 ans après le déluge. J.-C.[142] à un moment où le désert du Sinaï connait une période d'insécurité (entre les années 2 et 8)[143]. Cliquez sur une vignette pour l’agrandir. Et Nous avons fait engloutir les gens de Pharaon, car ils ont été tous coupables »[14],[15]. Enfin, c'est sur la stèle de la Victoire du pharaon Mérenptah, l'un des fils de Ramsès, que figure la toute première référence à « Israël ». Depuis le Livre de l'Exode (1, v.1) et jusqu'au Livre du Deutéronome (34, v.12), le récit biblique se structure autour de la sortie d'Égypte et l'arrivée des Israélites en vue de Canaan, au mont Nébo, sous la direction de Moïse. La deuxième grande difficulté est que si l'on tient pour vrai toutes les affirmations de la Bible comme les données chronologiques, par honnêteté intellectuelle, il est tout aussi nécessaire d'accepter pour vrai la noyade de Pharaon[120]. Kitchen[52] et James K. Hoffmeier (en)[53]. Selon Hécatée d'Abdère, cité par Diodore de Sicile (Bibliothèque historique - Livre XL, 3), « Il se déclara anciennement en Egypte une maladie pestilentielle ; le peuple fit remonter à la divinité l'origine de ce fléau ; comme le pays était habité par de nombreux étrangers, ayant des mœurs et des cérémonies religieuses très différentes, il en résulta que le culte héréditaire était négligé. Pharaon approchait. J.-C., est désormais largement rejetée par les égyptologues (tel K. A. J.-C. dans les premières années de règne de Thoutmôsis Ier. Ce fait est illustré jusqu'à l'époque contemporaine. Cette distinction est importante. Dans les lettres d'Amarna, datant de l'époque d'Amenhotep III et de son fils Akhenaton, de nombreuses cités de Canaan demandent de l'aide à l'Égypte pour résister à leurs attaques. Ce modèle de reconstitution repose sur les données chronologiques livrée par la Bible dans le Premier Livre des Rois (6, v.1) et le Livre des Juges (11, v.26). Cette intervention directe de Dieu en faveur de son peuple trouverait son origine dans l'iconographie et les récits guerriers assyriens. Il leur prescrivit pour première loi de ne point adorer de dieux, de ne s'abstenir de la chair d'aucun des animaux que la loi divine rend le plus sacrés en Égypte, de les immoler tous, de les consommer et de ne s'unir qu'à des hommes liés par le même serment », « Il se déclara anciennement en Egypte une maladie pestilentielle ; le peuple fit remonter à la divinité l'origine de ce fléau ; comme le pays était habité par de nombreux étrangers, ayant des mœurs et des cérémonies religieuses très différentes, il en résulta que le culte héréditaire était négligé. Dans Avaris et sa région, les Hyksôs ont imposé leur civilisation ; culte des divinités cananéennes (Baal, Astarté), sacrifice de l'âne, sépultures dans les habitations. En outre, des similitudes existeraient aussi entre des éléments de rituels hébreux et égyptiens dont la kippa, les tefilins ou l'arche d'alliance[135]. Cependant, un fond historique paraît pouvoir se dégager. ». ». Une autre hypothèse est de présenter cette émergence comme la sédentarisation d'une population de nomades[170]. Cette date est à peu près corroborée par une autre indication. Est-ce que Pharaon ira directement au Paradis ?. Haman (arabe : همن hāmān) est un personnage coranique. Devant leur nombre considérable, le Pharaon de l'Oppression prend peur et redoute un soulèvement armé de leur part. Ce qui importait à ses rédacteurs ce n'est pas tant le contexte historique que les messages théologiques qu'ils voulaient transmettre. Ce courant antijudaïque est, par exemple, représenté par Manéthon pour qui Moïse est un prêtre égyptien révolté, chef d'un groupe de lépreux (lire plus haut : Pharaon contre les impurs)[187]. J.-C. La période antérieure peut être considérée comme la protohistoire d'Israël[166]. Dans nombre de passages bibliques, c'est cette connotation sociologique qui prime. De plus, il a sans doute aussi été influencé par des romans historiques, notamment ceux du romancier russe Dimitri Merejkovski, auteur d'une trilogie traitant des pharaons de la période amarnienne[128]. De quel pharaon est-il question dans l'exode ? — Livre du Juste (extrait). Grand lecteur d'ouvrages égyptologiques, Freud s'est inspiré des publications de Breasted, Weigall, Gardiner et Carter. Block, « Judges, Ruth » (NAC 6 ; Nashville : Broadmann & Holman, 1999), Moses Pharaoh of Egypt. La tradition atteste aussi de l'ancienneté de l'installation par les Israélites sur le territoire situé au nord de la rivière Arnon[179]. Dans la pensée religieuse égyptienne, le non-égyptien est perçu comme un être impur et dangereux. J.-C.[n 9]. Celui-ci, membre de la famille royale, aurait conservé une foi monothéiste et se serait opposé à Pharaon. Cependant, d'après un opuscule publié en 1974 par Jean de Miceli, ce souverain est celui qui a été confronté à Moïse. Il est généralement présenté comme frêle physiquement et de santé fragile. Aussi, le décès de ce pharaon est plus communément daté de l'an 1479 av. Son postulat de base est que le personnage de Moïse a été inspirée par un personnage historique réel ; un prince égyptien qui n'aurait été qu'un modèle. J.-C. sur les hautes terres (Cisjordanie actuelle). Et Nous avons fait engloutir les gens de Pharaon, car ils ont été tous coupables », « ils prirent pour chef un des prêtres d'Héliopolis nommé Osarseph et lui jurèrent d'obéir à tous ses ordres. Le site de Pi-Ramsès, florissant durant près de 150 ans, a ensuite été abandonné au début de la XXIe dynastie (vers 1069 av. Les départements du Nord et du Pas-de-Calais restent classés lundi en vigilance orange pour risque de crue, comme le quart sud-ouest de la France. Thoutmôsis II est un pharaon très mal documenté. Il s'agirait pour les rédacteurs du Livre des Rois de placer la construction du temple de Salomon au cœur de l'histoire des Israélites, entre l'Exode et le retour de l'Exil babylonien[67]. Après un sacrifice humain, l'impénétrable marécage du Sudd s'ouvre devant le roi africain Nyikang dans sa migration vers un nouveau royaume (légende du peuple Shilluk)[201]. - Page 2. En 1910, il est suivi par Arthur Weigall mais ses positions, plus fantasques du point de vue philologique (Aton = Adonaï) ont été très vite sujettes à caution[124]. (…) Moïse étendit sa main sur la mer. ... Ils ont momifié leurs corps et conservé divers objets dont ils auront besoin dans la vie après la mort, selon la théorie, le pharaon défunt jouerait le rôle de roi des morts. De part la longueur exceptionnelle de son règne, on possède beaucoups de documentation sur lui. En 1995, l'égyptologue belge Claude Vandersleyen milite en faveur d'une datation haute de l'Exode ; sous le règne du pharaon Ahmôsis Ier ou, pour le moins, dans les débuts du Nouvel Empire jusqu'au règne de Thoutmôsis III. Dans la Sourate 10, v.87-92, Pharaon voyant venir la mort par noyade se soumet in-extremis à la puissance véritable de Dieu. Les deux auteurs du Tafsîr Al Jalalayn expliquent que les Israélites ont vu le corps du Pharaon mort et que ce cadavre a été pour eux la preuve de la toute puissance divine[18]. Les Égyptiens les poursuivirent ; et tous les chevaux de Pharaon, ses chars et ses cavaliers, entrèrent après eux au milieu de la mer. Selon Exode 1, v.11, les Israélites ont été employés à l'édification de deux villes égyptiennes : « C'est ainsi qu'il bâtit les villes de Pithom et Ramsès pour servir de magasins à Pharaon »[83]. Ainsi, Moïse devient le chef des Hébreux dans leur exode sous le règne de Cencherês (Κενχέρης) ou Achencheres[25] ; sans doute la reine Acenchĕres (Άκεγχερήσ) du fragment 51[22]. Soudaineté qui peut s'expliquer, toujours selon William H. Shea, par une noyade imprévue dans la mer Rouge. Il n'existe aujourd'hui aucune hypothèse qui ne se heurte pas à des incohérences ou à des impossibilités. Il est donc probable qu'un autre corps lui ait été substitué, ce qui se comprendrait s'il avait été impossible de donner une sépulture à son corps, disparu dans la mer Rouge. Ramsès II (en égyptien ancien Ousirmaâtrê Setepenrê, Ramessou Meryamon), né aux alentours de -1304 et mort à Pi-Ramsès vers -1213 [3], est le troisième pharaon de … Une hypothèse suggère que Thoutmôsis III est le pharaon de l'Oppression et son fils Amenhotep II est celui de l'Exode. Yénoam est comme si elle n'avait pas existé. La dernière modification de cette page a été faite le 25 janvier 2021 à 21:06. — Maurice Bucaille, Les momies des pharaons (extrait)[160]. De plus, Flavius Josèphe place l'Exode le mois suivant, le quatorze Pharmouthi, mois que les Macédoniens appellent Xanthicos et les Juifs Nissan (Antiquités juives, Livre II, 14-15)[43]. Dans le milieu égyptologique, l'idée de placer la date de l'Exode durant la période ramesside remonte aux années 1840 et à Karl Richard Lepsius, le pionnier allemand de cette science[136],[137]. Au cours du XIXe siècle, le modèle de reconstitution faisant de Ramsès II le pharaon de l'Oppression et son fils Mérenptah celui de l'Exode a suscité un intérêt certain parmi les érudits religieux et les historiens[87]. Malgré les acquis de la science, la quasi-totalité des biblistes, historiens et égyptologues admettent que la vie de Moïse, dans l'état actuel de nos connaissances, n'est pas étayée par le moindre document de l'Époque pharaonique[20]. La tradition juive n'est cependant pas unanime sur la question de cette noyade. Après sa formulation, cette thèse concordiste a été très largement popularisée dans le monde musulman. Il s'agit d'un hommage au pharaon Amenhotep Ier, qui après sa mort a été divinisé dans la région thébaine. Les eaux se retirent miraculeusement devant Alexandre le Grand lorsqu'il se présente devant la mer de Pamphylie (ancien nom de la baie d'Antalya)[n 19]. Des indications égyptiennes datées d'Amenhotep II et Ramsès II mentionnent le « pays des Shasou-Yahweh » ou « Yahweh dans le pays Shasou ». Cependant, plusieurs textes font état d'un peuple désigné comme les Apirou. Les oasis de Qadesh Barnéa, de par leur situation géographique, ont surement joué un rôle important lors de cet exode. Et je sais que lorsqu'une personne se converti les compteurs sont remis à zéro. Selon l'exégète suisse Thomas Römer, la sortie d'Égypte, telle qu'elle est narrée dans la Bible, n'a aucun fondement historique. Face à ces deux peuples, c'est ainsi que les Israélites se présentent aux-mêmes. Salam, je me pose la question car Pharaon s'est converti à l'Islam juste avant sa mort lorsque la Mer c'est refermé sur lui et son armée. En 1976, d'après le médecin français Maurice Bucaille, l'état du corps de Mérenptah suggère qu'il est mort noyé ou mort lors d'une bataille, ou les deux à la fois[161]. il dit: ‹Je crois qu'il n'y a d'autre divinité que Celui en qui ont cru les enfants d'Israël. Ce qui compte, c'est le Moïse biblique, tel qu'il apparaît dans les textes[198]. Dans l'un des contes du Papyrus Westcar (Moyen Empire), lorsqu'une concubine du pharaon Snéfrou fait tomber une pendeloque dans un lac, un magicien pose une moitié des eaux sur l'autre moitié afin de pouvoir aller à pied sec chercher le bijou et le rendre à sa propriétaire. Le souvenir de ce cataclysme apparaît peut-être chez Manéthon (frg. Dans le récit jahviste[n 17], les Israélites traversent la mer à pied sec, les eaux refoulées par un vent d'est. La fille du pharaon qui se baignait avec des suivantes, trouve l'enfant et décide de l'adopter bien qu'ayant immédiatement deviné qu'il était hébreu. (4) au milieu de la mer, les soldats égyptiens (Pharaon inclus) sont jetés de leurs chars quand les eaux reviennent à leur place, (5) toute l'armée est noyée dans les eaux, la chute brutale du nombre de jarres à vins scellées aux alentours de 1290, le traité avec les Hittites (qui date de la. — Stèle de Mérenptah (extrait). Le nuage de cendres volcaniques est mis en relation avec la colonne de nuée diurne et la colonne de feu nocturne qui guide les Hébreux en Exode 13, v.20-22. Durant deux siècles, les montagnes de l'actuelle Cisjordanie situées au nord de Jérusalem ont été le cœur du royaume d'Israël. Son œuvre, les trois tomes de l’Ægyptiaca sont perdus. J.-C. Ceci implique que la tribu de Ruben occupe les bords de la rivière Arnon, depuis environ l'an 1400 av. D'autant plus que certains passages bibliques, parmi les plus anciens, mentionnent l'exode sans faire allusion à Moïse comme dans le Livre du Deutéronome (6, v.21-25 et 21, v.7-8) et le Livre d'Amos (2, v.10)[195]. Aussi, dès l'Antiquité, des auteurs gréco-romains se sont essayés d'intégrer la vie de Moïse dans leurs chronologies. La tradition du sauvetage de Pharaon est repris dans le Sepher Ha Yaschar (ou Livre du Juste), un écrit apparu dans le milieu juif napolitain au XVIe siècle[n 1], Adica, le pharaon de l'Exode, est sauvé des eaux : « […] mais les flots retombèrent sur eux, et ils furent tous noyés. J.-C.), une controverse oppose les rabbins Juda et Néhémia (dans Menahot 68b). J.-C. (selon J. Málek, D. Arnold, J. von Beckerath, I. Shaw, K. A. À l'instar de ses deux prédécesseurs, son nom n'est pas révélé par le texte. Par exemple, Yahvé est présenté devant Pharaon comme le « dieu des Hébreux » (Exode 7, v.16). En 1894, l'américain James Henry Breasted démontre l'importance de cette révolution religieuse quant à la compréhension du monothéisme biblique. On peut donc imaginer qu'un groupe de Shasou en conflit avec l'Égypte ait introduit le culte de Yahweh en Canaan[183]. Dans toutes ces attestations, les Apirou ne sont pas tant une ethnie qu'une catégorie socioculturelle. Les principaux personnages bibliques (Abraham, Joseph, Moïse, etc.) Et, plus haut dans son récit, Josèphe donne le nom de Thermouthis à la mère adoptive de Moïse (Livre II, 9). La cérémonie du couronnement est l'une des parties les plus importantes de sa vie : ce n'est pas tous les jours qu'on devient Pharaon ! Et vers le matin, la mer reprit son impétuosité, et les Égyptiens s’enfuirent à son approche ; mais l’Éternel précipita les Égyptiens au milieu de la mer. L'égyptologue Jan Assmann donne à ce phénomène le nom de « distinction mosaïque » parce que la tradition attribue ses origines à Moïse[185]. Cependant, aucune trace de noyade a été décelée sur ces deux momies[121]. Il est ainsi très courant que le nom d'une divinité soit traduit dans une autre langue ; Hermès pour Thot, Adonis ou Dionysos pour Osiris, par exemple, dans l'interprétation grecque de la religion égyptienne. Une séquence, assez claire, se présente au lecteur : Une interprétation franche et directe du texte implique que Pharaon s'est noyé dans les eaux, il est en effet fort douteux que seul Pharaon ait pu échapper au désastre. La momie a été déroulée en 1908 et l'examen a révélé le corps d'un vieillard ayant souffert d'artériosclérose[163]. En effet, dans les listes royales cet Amenôphis est dit être le fils du pharaon Ramessès Miamoun en qui on ne peut voir que Ramsès II du fait de l'indication des 66 ans de règne (frag. Ce fait explique sans doute qu'Asaph, l'auteur du Psaume 78, localise les dix plaies et l'Exode dans les campagnes de Tsoan (Zoan). Traduction de Jean Yoyotte[88]. Depuis le début du XIXe siècle, la question de l'identité du Pharaon de l'Exode a fait l'objet de nombreuses spéculations. Les Hébreux se seraient constitués comme tels lorsque la parenthèse monothéiste (Culte d'Aton) qu'avait initiée le pharaon Akhenaton s'est refermée avec la mort de ce dernier. En fin de compte, l'engloutissement de la charrerie de Pharaon dans la mer Rouge est le retournement de l'un des motifs favoris de la propagande pharaonique, celui qui fait voir Pharaon debout sur son char et terrassant seul contre tous une armée entière[204]. Contemporains des patriarches Moïse et Aaron, le Pharaon de l'Exode est l'un des plus célèbres personnages secondaires de la Bible. Plus en avant, Flavius Josèphe attribue à ce pharaon Aménophis un règne long de 19 ans et 6 mois[29] ; en contradiction avec les données archéologiques qui donnent à Amenhotep III près de 38 années de règne. En 2007, après avoir additionné les diverses durées de judicatures et de règnes indiquées par le livre des Juges, le Premier Livre de Samuel et le Premier Livre des Rois, James K. Hofffmeier arrive à un écart de 633 années entre Salomon et l'Exode[70]. Il s'agit d'une chronique de l'histoire égyptienne divisée en trente dynasties, et chaque fragment se présente comme une liste de rois classés par famille[21]. Cette indication permet de situer sa naissance en 1530 av. Les hypothèses appuyées sur l'un de ces points évoqués plus haut sont très généralement contredites par un autre de ces points. Le nombre des migrants ayant quitté l'Égypte est difficile à évaluer mais il devait s'élever, compte tenu de l'aridité du désert du Sinaï, à quelques centaines de personnes, un millier tout au plus. À l'époque de la Mishna et des rabbins tanaïtes (entre 72 et 219 ap. Pharaon est associé aux grands bâtisseurs de la mythologie arabe[19]. Toutefois, un nom royal est compris dans cette expression. Alexandre put alors traverser à sec avec son armée. Si ce dernier penchait plutôt pour Mérenptah, le candidat le plus fréquemment proposé est Ramsès II. Tu ne te feras point d'image taillée », « Je suis l'Éternel, ton Dieu, qui t'ai fait sortir du pays d'Égypte, de la maison de servitude », Journal of the evangelical theological society (JETS), Journal of the evangelical theological society. Une multitude de gens de toute espèce montèrent avec eux. Traduction de Louis Segond[5]. Selon le Coran, les Israélites ne sont pas des étrangers mais des Égyptiens que Pharaon aurait séparés du reste de la population. Depuis lors, cette stèle est particulièrement connue pour contenir, dans la strophe finale, la première mention d'Israël en tant que peuple vivant dans la région de Canaan hors contexte biblique. La momie attribuée à Thoutmôsis II a été découverte en 1881 et débandelletée en 1886 par Gaston Maspero. Yahoo fait partie de Verizon Media. La Bible reflète certaines réalités du Nouvel Empire mais aussi d'autres se rattachant au VIIe siècle. L'archéologie montre en effet des cycles d'occupation des Hautes terres de Canaan où s'enchaînent vagues et crises d'habitat entre l'Âge du Bronze ancien et l'Âge du Fer II. Il est simplement désigné par les expressions de « Pharaon », de « roi d'Égypte » ou de « Pharaon, roi d'Égypte »[1]. Mais il lui arriva un incident inattendu, extraordinaire et même divin : comme il s'apprêtait à embarquer, la mer se retira, l'eau recula et les bateaux furent échoués. Cependant, il n'existe pas de preuves directes, ni documentaire, ni archéologique, que Ramsès II ait eu affaire aux dix plaies d'Égypte et qu'il aurait pourchassé des esclaves hébreux fugitifs[n 12]. Il se peut que l'histoire de l'Exode ait été mise par écrit pour la première sous le roi Josias (639 à 609 av. Et … En 1998, l'américain Peter Feinman suggère de voir dans le général égyptien Méhy celui qui allait devenir Moïse après avoir été obligé de s'exiler[147]. Son comportement vil, tyrannique et hautain en fait le symbole du mécréant à l'orgueil démesuré[11],[12] : Dans la Sourate 28, v.38-39, Pharaon se gargarise de sa puissance « Et Pharaon dit : "Ô notables, je ne connais pas de divinité pour vous, autre que moi. Ramsés II était l'ennemi juré de Moise le prophéte des juifs de l'époque . » (Exode 12, v.37-38) ; « Le ramassis de gens qui se trouvait au milieu d'Israël fut saisi de convoitise » (Nombres 11, v.4). En le rapprochant du dieu Thot-Hermès, il lui attribue ainsi l'invention de l'astronomie, la division de l'Égypte en trente-six nomes, la création de l'écriture hiéroglyphique, le culte des animaux sacrés, , etc.[41]. J.-C.[144] En 1982, un autre spécialiste de la période, l'historien anglais Kenneth A. En contradiction avec la précédente, la perspective « minimaliste » met en doute l'historicité du récit l'Exode. The Tribes of Yahweh: A Sociology of the Religion of Liberated Israel, 1250-1050 B.C.E. Des calculs de date sur ce que l'on sait de la mort de Thoutmôsis III au travers de la biographie d'Amenemheb (qui servit sous plusieurs pharaons dans la marine de guerre égyptienne) fixent cette mort vers l'an 1450 av. Les étapes marquantes sont l'apparition de la royauté de Saül vers la fin du XIe siècle et le règne du roi David vers 1000 av. En 1923, Cecil B. DeMille réalise pour la Paramount Pictures Les Dix Commandements, un film muet épique, où Moïse (Theodore Roberts) affronte Ramsès II (Charles de Rochefort)[149]. Dans cette version, le personnage de Pharaon n'est pas mentionné. S'il est vrai que Ramsès II constitue un candidat satisfaisant en tant que pharaon de l'Oppression du fait de ses activités de grand bâtisseur à Pi-Ramsès, son fils Mérenptah, en revanche, soulève bien des difficultés en tant que pharaon de l'Exode. Il s'agirait d'une fiction forgée par les Jahvistes sous la domination perse. Mais il n'en fut rien. J.-C.[101] De nombreux travaux égyptologiques inscrivent en faux ce calcul. Et Pharaon attela son char, et il prit son peuple avec lui. Israël est dévasté, sa semence n'existe plus. Les pharaons Psammétique Ier et Nékao II ont pris pour modèle leurs prédécesseurs ramessides et ont conduit des grands travaux de construction dans l'est du Delta ; par exemple la construction de Saïs, leur capitale. Au Ier siècle, l'historiographe Flavius Josèphe donne deux chiffres différents. La base de l'argumentation sont les données chronologiques livrées par le texte biblique, notamment le Premier Livre des Rois (6, v.1) qui fixe l'exode à 480 années avant le règne du roi Salomon[49]. Pharaon est mentionné 74 fois, seul ou suivi des noms de Hâmân ou Qârûn. Le nom de l'usurpateur Amenmes a parfois été évoqué comme pharaon de l'Exode, le fait que l'on n'ait pas retrouvé sa momie laissant planer le doute sur les conditions de sa disparition subite[n 20], sa tombe dans la vallée des Rois ayant en outre été laissée inachevée. Placer l'Exode dans le cours du XIIIe siècle, sous la XIXe dynastie, soulève toutefois de nombreuses difficultés. Cette seconde possibilité est en contradiction flagrante avec la tradition biblique qui situe l'Exode bien plus tôt[42]. En -1207, le Pharaon Méremptah, le fils de Ramsès II, fait graver une stèle pour commémorer sa victoire militaire sur les villes de Canaan : c'est la stèle dite « de Mérenptah ». Le premier est un rajout à partir du personnage Hâman cité dans le livre d'Esther (récit censé se passer huit siècles après Moïse), tandis que Qârûn est un personnage, cité dans le Livre des Nombres et développé dans la littérature midrashique (Nombres Rabba 18.15)[19]. Selon William H. Shea[103], cette obscurité a peut-être été volontairement orchestrée par ses successeurs. La religion juive innove en introduisant dans le monde culturel la séparation radicale entre vérité et erreur, entre l'intérieur et l'extérieur. Après bien des hésitations, Moïse se présente devant le nouveau Pharaon pour le persuader de laisser les Hébreux quitter l’Égypte (Exode, 3-4). J.-C.)[116]. Maints travaux sur l'historicité de l'Exode ont été publiés. Ils ne sont pas synonymes même si le terme Hébreu est souvent appliqué aux Israélites (Genèse 39, v.14 et Exode 10, v.3). Or selon une reconstitution de la chronologie historique des pharaons, cette année se situe en plein dans le règne d'Amenhotep II (selon D. B. Redford : 1454 à 1419 av. Jéhova envoya un ange qui le retira du milieu des Égyptiens flottants dans l'eau, et le jeta sur la terre de Ninive. Dans la Bible, le même miracle se reproduit lorsque Josué, successeur de Moïse, ordonne le passage du fleuve Jourdain ; les eaux se coupent devant les porteurs de l'Arche d'Alliance et tous traversent à pied sec (Livre de Josué 3, v.5-17)[200]. Pour des critiques de cet ouvrage, lire : Entre autres, deux arguments (indirects) ont été invoqués en faveur de, Le règne d'Amenmes n'excède pas trois années. En 1934, cette difficulté n'empêche pas l'exégète néerlandais Paul Heinish de considérer l'an 2 de Mérenptah comme celle de la sortie[158]. 50-51), Amôs (frg. Depuis le XVIIIe siècle, le Pentateuque est soumis à une lecture critique de la part de nombreux exégètes. (2) les Israélites traversent à pied-sec. — Eusèbe, Préparation évangélique, Livre IX. Cette reconstitution est sévèrement critiquée, notamment par James K. Hoffmeier en 2007[112]. D'après Thomas Römer, le Pharaon de l'Exode est anonyme et rien n'empêchait les auteurs bibliques de lui donner un nom. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment dans vos paramètres de vie privée. Après cette découverte archéologique, les biblistes interprétant littéralement la Bible, ont conclu que cette stèle ne pouvait que déconsidérer Mérenptah dans le rôle du Pharaon de l'Exode ; les Hébreux ayant erré quarante années dans le désert du Sinaï après le passage de la mer Rouge.

Couffin En Arabe, Poisson Exotique Bassin Extérieur, Les Animaux De La 8 Laika De Yakoutie, Rap Québécois 2000, Signaux Sonores Bateau,